Construction 4.0 : l’avenir du secteur réside dans les techniques de construction durable

L’industrie de la construction constitue l’un des moteurs de l’économie de notre pays. Or elle figure également parmi les secteurs les moins efficients. Sa numérisation s’avère lente. Et, pour que les techniques de construction durable soient érigées en norme, il faudra encore attendre un certain temps. Cependant, la Construction 4.0, un concept né sous la Quatrième révolution industrielle, est en train d’effectuer progressivement la transformation dont ce secteur a besoin depuis un certain temps.

Dans quelque 30 ans, la construction de maisons sera complètement distincte et les bâtiments seront entièrement durables. Nous disposerons de nouveaux matériaux et technologies : robotique, BIM (Building Information Modeling), IdO (l’internet des objets), impression 3D, entre autres nombreuses techniques de construction durable.

Techniques de construction durable : la méthodologie BIM

La méthodologie BIM est un phénomène imparable qui commence d’ores et déjà à changer notre conception de la construction et qui pousse le secteur vers la Construction 4.0.

Le BIM repose principalement sur la « mise en ordre » des projets de construction. Il s’agit d’une méthodologie de travail collaborative orientée vers la création et la gestion d’un projet de construction. Son objectif est de centraliser toute l’information du projet dans un modèle d’information numérique créé par et pour tous les agents impliqués.

Le BIM est l’avenir du secteur. Il permettra d’écourter les délais, réduire les coûts et mettre en œuvre des projets tout en mettant l’accent sur l’efficience et la durabilité. Mais, avant de se projeter dans ce futur lointain, le secteur du BTP a encore un long chemin à parcourir. Cependant, il existe déjà des techniques de construction durable qui encouragent le secteur à accomplir ces objectifs en matière d’efficience et de respect de l’environnement.

Film imperméable

L’un des objectifs de l’Union européenne en matière climatique est d’atteindre 100 % d’efficacité énergétique à l’horizon 2050. Un travail difficile pour le secteur du bâtiment qui pourra néanmoins compter sur le développement de différents progrès technologiques et matériaux durables.

Les isolants thermo-réfléchissants comme le COOL-R constituent l’une des nouvelles innovations applicables au secteur du BTP. Il s’agit d’un film imperméable hautement réfléchissant qui parvient à réduire la température de la toiture d’un bâtiment de 70 %, ce qui garantit l’isolation thermique et l’efficience énergétique de la construction.

Construction à sec

Comme son nom l’indique, la construction à sec offre un modèle de construction dans lequel les matériaux ne requièrent pas de liants humides pour le montage des structures ou autres composants. Elle se démarque du processus de construction classique basé sur l’emploi de brique, sable et ciment.

Comparée au système de construction humide, la technique de construction à sec est dotée de grands avantages. Elle écourte en effet le temps de réalisation des projets, réduit les coûts et produit très peu de pertes sur le chantier. Ce dernier avantage est dû à l’absence de ciment, chaux et sable ainsi qu’à la simplicité, la rapidité et la propreté de cette technique sans piquetage qui ne génère pas de gravats.

Les travaux à sec offrent un grand confort thermique et acoustique. Un logement construit avec ce système sera mieux isolé donc plus frais en été et plus chaud en hiver, ce qui permettra de réaliser des économies d’énergie conséquentes.

Les économies d’énergie et l’utilisation d’une moindre quantité d’eau et d’énergie pendant tout le processus font que les ouvrages construits avec cette technique présentent une empreinte carbone inférieure, avec une plus grande durabilité du bâtiment à la clé.

L’évolution concerne tout le monde, même les bâtiments. Les nouvelles techniques de construction se font l’écho d’une réalité mondiale où la durabilité et l’efficience doivent guider les projets des architectes, ingénieurs et, en général, ceux de tous les agents impliqués dans le secteur du bâtiment.

Sources : Espacio BIM, Building Smart, Barbieri

Autres nouvelles