Des méthodes d’isolation thermique qui répondent à des objectifs durables

Thermodynamique, architecture et beaucoup de vision

Lorsqu’il est question d’optimiser la consommation d’énergie des bâtiments et leur contribution à la durabilité, l’isolation thermique est un must. Peu de besoins ont été autant appréciés par les architectes et les ingénieurs d’aujourd’hui, tant pour leurs implications économiques qu’environnementales.

Au fur et à mesure que cette prise de conscience s’est développée dans la société, les entreprises ont réalisé l’importance énorme d’évaluer la manière dont leurs activités affecteront les générations futures.

C’est pourquoi, en tant qu’entreprise consciente de l’importance d’une construction qui respecte le présent et l’avenir, nous avons fidèlement étudié différentes techniques, matériaux et procédés d’ingénierie qui garantissent une isolation thermique maximale, avec la plus grande durabilité et un impact social et environnemental minimal dans la production. Les trois suivants en sont des exemples clairs.

Comment obtenir une bonne isolation thermique ?

« Le froid n’existe pas, c’est l’univers qui nous vole notre chaleur ». Une accusation assez grave pour le cosmos, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est une vérité absolue. Selon la deuxième loi de la thermodynamique, deux matériaux ayant des températures différentes cherchent à s’égaliser par le principe de l’entropie. C’est-à-dire que le corps plus chaud transmet l’énergie thermique au moins chaudement. Avons-nous froid par une journée pluvieuse et venteuse de janvier ? Non, c’est l’air qui vole notre propre chaleur corporelle.

Pendant des siècles, nous nous sommes préoccupés de construire des structures qui nous défendraient de ce qui est à l’extérieur. Cela permettrait également de montrer notre propre style, une vue agréable pour les passants. Il est maintenant possible d’ajouter à l’équation des moyens de conserver la température ambiante de l’intérieur, augmentant ainsi son isolation thermique et sa protection contre le voleur de chaleur qu’est l’univers lui-même.

1. Façade Ventilée

La façade ventilée est un système de construction qui a été consolidé avec une grande acceptation parmi les architectes et les constructeurs, en particulier pour sa grande qualité, ses possibilités esthétiques et pour ses avantages indéniables d’isolation thermique et acoustique.

En bref, ce type de façade crée un effet de cheminée entre l’isolation et l’enveloppe du bâtiment. Ce système ne comprend pas les saisons : pendant les mois froids, il maintient la température et la climatisation interne, tandis que pendant les mois d’été, il isole l’intérieur des rayons du soleil, ce qui permet de garder l’intérieur beaucoup plus frais.

Un conseil que nous vous donnons est que les solutions de façade ventilée doivent être considérées comme des alternatives au Code Technique de la Construction, car elles ne figurent pas dans ses documents de base. Par conséquent, leur conformité doit être justifiée en établissant l’équivalence de la performance avec celle requise par ces documents.

La façade ventilée est en première position en termes d’isolation thermique, mais il ne faut pas oublier son importance sur le plan acoustique et esthétique.

1.1 Méthodes de réalisation d’une solution d’ancrage de façade ventilée

Il existe différentes solutions pour joindre les deux parties qui composent une façade ventilée :
– Avec ancrage mécanique de fixation.
– Avec fixation de l’ancrage sur des guides.
– Avec un ancrage sur une structure en aluminium.
– Avec un ancrage de fixation chimique.

Au sein de ces derniers, il existe ce que l’on considère comme les plus innovants, les systèmes complets de fixation par adhésif.

Les systèmes de fixation par adhésif recommandés sont composés de
Adhésif élastique : idéalement, l’adhésif élastique devrait être à base de MS à haut module avec une grande capacité initiale d’adhérence et d’amortissement des vibrations et ne devrait pas contenir d’isocyanates.
Ruban adhésif double face : nous recommandons qu’il soit en mousse PE et très résistant.
Primer C-29 : primer pour les différents matériaux existants sur le marché : poreux et non poreux.

Pourquoi cette méthode est-elle tellement plus efficace que le reste des solutions ? Protègent-elles mieux la chaleur interne ou présentent-elles aussi des avantages qu’il ne faut pas écarter ? Voyons cela avec un exemple plus descriptif.

1.2 Quels sont les avantages de la fixation par adhésif sur les façades ventilées ?

Nous avons vu que les méthodes de fixation mécanique ont des avantages et des inconvénients comme toutes les autres. D’un point de vue esthétique, nous pouvons souligner que les fixations mécaniques ont tendance à laisser une telle fixation visible, un effet qui déforme esthétiquement l’image finale conçue par le prescripteur.

Si nous effectuons une fixation chimique, l’esthétique du bâtiment est maintenue dans son intégralité, aucun rivet ou vis n’est visible car ils ne sont pas nécessaires.

D’autre part, avec les fixations mécaniques, il peut y avoir du bruit dû aux éventuelles lacunes de la fixation causées par le vent. Les coefficients de dilatation des deux matériaux sont différents, ce qui provoque également des mouvements possibles.

Les adhésifs chimiques sont préparés pour absorber les mouvements et les vibrations, grâce à leur élasticité ils réduisent l’entretien de ces façades, augmentant la protection acoustique, se transformant en moins de pollution et des économies importantes pour la poche.

2. Des Façades en Béton Préfabriqué

Cette solution de béton préfabriqué est l’une des plus industrialisées, elle répond donc fidèlement aux exigences que ce secteur place parmi ses matériaux. Le potentiel du béton dans tous ses aspects de performance, tels que la résistance mécanique, la résistance au feu, l’inertie thermique ou la protection acoustique, se reflétera dans le résultat final et à long terme.

Les façades en béton préfabriqué sont fortement recommandées pour les bâtiments à livraison rapide, car leur rapidité d’exécution, leur fiabilité et leur entretien en font l’un des modèles les plus efficaces que l’on puisse trouver sur le marché aujourd’hui. Voyons ses avantages de manière plus exhaustive.

Une solution rapide, avec de grandes possibilités, sont les façades en béton préfabriqué

2.1 Pourquoi utiliser des façades en béton préfabriqué ?

Le béton étant un matériau très résistant, il permet une durabilité de cette façade supérieure à celle établie par la réglementation, atteignant 50 voire 100 ans. En outre, son cycle ne s’arrête pas là, car il offre de nombreuses possibilités de réutilisation après cette période.

Son efficacité est double : d’une part, elle est énergétique car les panneaux de béton préfabriqués offrent une inertie thermique utilisable, réduisant ainsi les besoins en climatisation. Il est également efficace dans le domaine de l’environnement, puisque grâce à sa carbonatation, il réabsorbe une partie importante du CO2 émis pendant tout son processus.

Nous ne pouvons pas non plus oublier sa grande capacité esthétique : variété des finitions, diversité des formes géométriques, des modulations et des couleurs, entre autres avantages.

2.2 L’importance de l’étanchéité dans les façades en béton préfabriqué.

Le traitement des joints d’une façade en béton préfabriqué est également l’un des points les plus importants lorsque l’on parle d’économies d’énergie et de durabilité. Si nous ne traitons pas correctement les joints, il en résultera une détérioration du bâtiment car ils sont des zones de passage pour l’eau, l’air, la poussière, les produits chimiques, etc.

Les systèmes d’étanchéité longue durée de Quilosa permettent d’économiser de l’énergie grâce aux joints étanches de l’enveloppe du bâtiment, réduisant ainsi les pertes d’air chaud ou froid par les liaisons permanentes entre les différentes parties du bâtiment, et évitant également les tensions entre les matériaux et le passage d’agents de détérioration.

3. Couvertures froides

L’un des principaux effets du rayonnement solaire est le réchauffement des surfaces qui y sont exposées. Pour l’élément de construction en question, dans ce cas le toit, les effets peuvent être positifs et peuvent être utilisés efficacement par exemple dans les cellules solaires et photovoltaïques.

Mais la technologie doit aussi faire face de plus en plus aux effets négatifs du rayonnement solaire, notamment ceux résultant de l’exposition aux rayons infrarouges, qui provoquent le réchauffement des structures des bâtiments.

L’effet négatif du rayonnement et la surchauffe du toit qui en résulte est que ses revêtements vieillissent plus tôt. La durabilité de pratiquement tous les types de revêtements de toiture des grands bâtiments est déterminée par leur résistance au rayonnement solaire, et leur durée de vie est d’environ 10 à 15 ans au maximum.

L’industrie du bâtiment la plus innovante utilise à cette fin des matériaux « Cool Roof », qui font partie de programmes de certification de bâtiments durables tels que LEED et BREEAM. Cette technologie étudie, améliore et applique des matériaux à Indice de Réflexion Solaire (IRS) élevé.

Curieusement, le calcul de l’indice SRI se fait en combinant les valeurs de la Réflectance Solaire (rapport du rayonnement solaire réfléchi par la surface du toit) et de l’Émittance Thermique (capacité à renvoyer la chaleur absorbée dans l’atmosphère : cette fois, nous voulons que l’univers vole la chaleur). Plus la valeur de l’indice SRI est élevée, meilleure est la capacité de refroidissement d’un toit.

Les toits froids maintiennent les effets positifs du rayonnement solaire, tels que la capture d’énergie, tout en maintenant les structures des bâtiments à une température optimale.

3.1 Avantages des toits froids sans perte d’efficacité

L’une des solutions les plus efficaces est l’utilisation de membranes imperméables hautement réfléchissantes. Quels sont les avantages de ce produit ?

Tout d’abord, sa protection contre les températures extrêmes est indéniable. Il réduit la température du toit jusqu’à 70 %, améliorant ainsi l’équilibre thermique entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. Plus la température est basse, plus la durée de vie est longue et plus les coûts d’entretien sont faibles.
Parlant de durabilité, les revêtements de ces toits souffrent également moins. Mais elle améliore également les performances des panneaux solaires et photovoltaïques, car ils n’absorbent pas le rayonnement solaire pour eux-mêmes. Cela lui donne le programme de certification des bâtiments durables dont nous avons parlé plus tôt, et augmente sa valeur marchande.

En outre, un facteur important pour réduire la température du toit est qu’il rend une structure plus efficace. En réduisant l’investissement dans les systèmes de climatisation, tant au niveau de l’installation que de son coût de fonctionnement, elle réduit les émissions de CO2 et les dépenses liées à la construction des bâtiments. De cette façon, les économies ne sont pas seulement pour la poche, mais aussi pour la planète, en réduisant l’effet d' »îlot de chaleur » dans les villes.

Conclusion :

Il est clair que l’isolation thermique apporte une série d’avantages et de bénéfices qui ne se limitent pas à la température de l’intérieur des bâtiments. Les matériaux et techniques actuels que nous trouvons dans les façades et les toits sont les meilleurs alliés pour atteindre une durabilité totale, tout en ayant un potentiel esthétique important.

Chacune des trois méthodes répond à une demande professionnelle qui recherche une certaine qualité. À Quilosa, nous nous soucions de proposer des solutions qui répondent aux exigences du présent, mais aussi de l’avenir.

Sources :
https://www.impernorasbitra.com/blog/aislamiento-termico
https://www.construction21.org/espana/articles/es/las-grandes-ventajas-del-aislamiento-termico.html
https://cool-r.es/impermeable-revestimiento-cubiertas-coolr/
Autres nouvelles