Construction de maisons durables : choisissez les systèmes de fixation les plus efficaces

Il est désormais impossible de parler de construction sans aborder l’aspect de la durabilité. La protection de l’environnement est devenue le ciment qui lie la conception, le choix des matériaux et la mise en œuvre de tout bâtiment.

Sans compter que… Dans l’Union européenne, la construction de bâtiments consomme 40 % des matériaux, produit 40 % des déchets et consomme 40 % d’énergie primaire. Ces données de l’Institut syndical du travail, de l’environnement et de la santé (ISTAS) illustrent l’impact environnemental profond de ce secteur d’activité.

Pour le réduire, il est nécessaire d’opter pour des produits et solutions qui contribueront à une construction plus écologique. Une construction qui, tout au long de son cycle de vie, économisera des ressources grâce à l’emploi de matériaux à faible impact environnemental et social.

Des systèmes de fixation pour construire des maisons durables

Le choix des matériaux de construction est essentiel pour les maisons durables. Car un matériau ne peut pas se contenter de remplir la fonction promise : de nos jours, il doit également garantir la durabilité du bâtiment. C’est ce qui se produit avec les systèmes de fixation utilisés dans la construction. Outre leur capacité à coller des surfaces ou d’autres éléments, ils doivent favoriser la préservation de l’environnement.

Nous pouvons les diviser en systèmes de fixation mécanique– rivets, vis et profilés – et en systèmes de fixation adhésive– adhésifs élastiques, ruban double-face ou mousse. Les systèmes de fixation adhésive permettent des conceptions et applications que la plupart des fixations mécaniques ne permettent pas. En effet, les systèmes de fixation adhésive peuvent être appliqués sur tous les matériaux de construction et garantir une fixation durable : colmatage de trous, scellement de surfaces ou pose de portes et fenêtres.

Ces systèmes d’isolation éliminent efficacement les ponts thermiques. C’est important notamment lors de l’installation de fenêtres. Ils aident à maintenir la température intérieure désirée par l’occupant du bâtiment et évitent la consommation énergétique due à l’utilisation de la climatisation.

Le système d’isolation à trois barrières est l’une des méthodes les plus efficientes pour obtenir une isolation thermique et acoustique pendant l’installation des fermetures sur site. De plus, il aide à prévenir l’humidité et sa résistance lui permet de supporter même les fortes pluies.

Mais… ces matériaux n’étaient-ils pas ultra-toxiques et nocifs pour l’atmosphère ? Comment allons-nous les utiliser dans la construction de maisons durables ? Il est vrai qu’ils sont en grande partie composés d’agents chimiques non renouvelables et à fortes émissions polluantes. Il est également vrai qu’une quantité d’énergie importante est nécessaire pour produire un grand nombre d’entre eux.

Cependant, toute norme inclut des exceptions. Et, puisque nous parlons de la construction de maisons durables, les exceptions seront liées aux progrès scientifiques réalisés dans le domaine. Quelques-uns de ces produits ont prouvé que le puissant rendement des adhésifs et la production durable ne s’excluaient pas mutuellement.

La technologie a permis de développer des systèmes de fixation adhésive respectueux de l’environnement – de leur fabrication à leur application. Leur longévité confère une plus grande durabilité au bâtiment. Ces produits sont liés à la « green chemistry », la chimie verte ou durable. Il s’agit d’une philosophie axée sur la conception de produits et processus chimiques impliquant la réduction ou l’élimination des agents nocifs pour les personnes ou l’environnement.

Comment être sûr que l’on choisit bien des matériaux durables ? 

Ou plutôt, comment reconnaître les systèmes de fixation conformes aux critères de construction des maisons durables ? Pour ce faire, il faudrait réaliser une analyse exhaustive de chaque matériau, de leur cycle de vie, leur toxicité, etc. Examiner ces données demande du temps et certaines d’entre elles ne sont pas faciles à vérifier. C’est là que les  labels et certifications entrent en jeu. Seuls les matériaux conformes aux critères établis et aux lois en matière environnementale les possèdent.

Autre aspect important de la construction des maisons durables : les matériaux choisis n’émettent pas de vapeurs nocives de MDI. Ce composé chimique peut être source de problèmes pour la santé et l’environnement. C’est pourquoi il est nécessaire de vérifier que les systèmes de fixation adhésive comme les mousses de polyuréthane incluent le label 02. C’est le cas des produits de Quilosa qui, grâce à leur technologie novatrice, n’émettent pas ce type de vapeurs pendant l’application.

De plus, leur classification M1 indique qu’ils sont respectueux de l’air et n’émettent pas de composés organiques volatils (COV). En effet, ces substances s’évaporent et se répandent facilement dans l’atmosphère, ce qui nuit à l’environnement et contribue à l’effet de serre. D’autre part, les silicones de Quilosa possèdent différentes certifications qui garantissent leurs faibles émissions de toute substance polluante dont le certificat A+.

Pour bâtir un monde meilleur, il nous faut parier sur la construction de maisons durables et sur des matériaux qui nous aideront à protéger tous les espaces où nous vivons : nos foyers et la nature dans son ensemble.

Sources : Instituto Sindical de Trabajo, Ambiente y Salud, Construmática

Autres nouvelles